• August Wilhelm von Schlegel to Auguste Louis de Staël-Holstein

  • Place of Dispatch: Bonn · Place of Destination: Unknown · Date: 17.08.1821
Edition Status: Single collated printed full text with registry labelling
    Metadata Concerning Header
  • Sender: August Wilhelm von Schlegel
  • Recipient: Auguste Louis de Staël-Holstein
  • Place of Dispatch: Bonn
  • Place of Destination: Unknown
  • Date: 17.08.1821
    Printed Text
  • Provider: Sächsische Landesbibliothek - Staats- und Universitätsbibliothek Dresden
  • OAI Id: 335973167
  • Bibliography: Krisenjahre der Frühromantik. Briefe aus dem Schlegelkreis. Hg. v. Josef Körner. Bd. 2. Der Texte zweite Hälfte. 1809‒1844. Bern u.a. ²1969, S. 376‒377.
  • Incipit: „Bonn 17 Août 1821
    Jamais de ma vie, cher et respectable oncle, rien ne mʼa autant diverti que votre désespoir, dont jʼai [...]“
    Language
  • French
Bonn 17 Août 1821
Jamais de ma vie, cher et respectable oncle, rien ne mʼa autant diverti que votre désespoir, dont jʼai reçu hier la délicieuse description. Vous étes donc réduit à vous baigner avec les lepreux et à causer avec les provinciaux: je ne sais pas lequel des deux est pire. Vous convenez enfin quʼil y a quelque chose en Allemagne qui soit mieux arrangé quʼen France – jʼen prends acte. Si vous aviez un medecin Allemand et qui fût homme dʼesprit, il vous enverroit dans nos contrées, et par cette occasion jʼaurois le plaisir de vous voir chez moi. Il est impossible que parmi la foule de nos eaux minérales il nʼy en ait pas qui vous conviendroient. On mʼa dit que les eaux de Schwalbach ressemblent à celles de Plombieres, seulement quʼelles valent mieux dans le genre. Vous avez raison de me reprocher mon silence – mais depuis mon arrivée ici, je me suis plongé dans le travail jusquʼau cou. Dʼailleurs, comme vous étes si vagabond pendant cet été, je ne savois pas où vous atteindre – je parie encore que cette lettre ne vous trouvera plus à Plombières quoique je ne lʼaye pas différée dʼun seul jour. Jʼai fait une longue lettre à votre sœur, je désirerois avoir de ses nouvelles, mais Alfonse nʼest pas encore en mesure pour faire les fonctions de secrétaire.
Il nʼy a pas de nouvelles en Allemagne – plusieurs voyageurs sont venus me voir en passant ici, mais ils ne mʼont rien appris. Cette nation, ce me semble, baille aux corneilles – tout lʼintérêt qui reste, se porte sur les Grecs, mais cʼest comme Goethe fait parler ses bourgeois:

Nichts bessers weiß ich mir an Sonn- und Feyertagen
Als ein Gespräch von Krieg und Kriegsgeschrey,
Wenn hinten, weit, in der Türkey
Die Völker aufeinander schlagen.

La Diète ayant déclaré ses vacances – cʼest ainsi quʼelle appelle la suspension de son occupation habituelle de ne rien faire – je verrai peut-être bientôt Mr. Reinhard qui a une terre à six lieues dʼici. Il est toujours très-bien informé des affaires de lʼEurope.
Pour moi je ne vis que pour lʼétude – je me porte à merveille, et je suis arrangé le plus comfortablement possible. Jʼai donné un Cours dʼIntroduction à lʼhistoire universelle que vous auriez, je pense, écouté avec quelque plaisir. Nos etudians mʼaiment beaucoup – de 650 que nous avons, à peu près la moitié assistoit à mes premieres leçons. Je me flatte que je réussis à reveiller la pensée et à leur ouvrir la vaste perspective du savoir. Voilà les vacances et je vais redevenir Brahmin. – Fauriel soigne la fonte de mes caractères dʼune maniere fort aimable – cependant cela auroit avancé plus vite si jʼavois pu rester à Paris. Je suis bien impatient de les avoir. Jʼai eu une lettre de Colebrooke qui approuve fort mon essai typographique – mais les Anglois, entre nous, werden das Kraut nicht fett machen.
Maintenant cette étude Indienne nous est devolue, à nous autres Allemands.
Quand vous serez de retour à Paris, je vous parlerai en détail de ma nièce Madame de Buttlar, qui désireroit faire un séjour à Paris pour se perfectionner dans la peinture – et je supplierai Madame de Ste. Aulaire de me donner ses bons conseils pour cette petite personne quʼon dit être fort aimable. Jʼai aussi un neveu à Paris, un jeune medecin petit-fils du celèbre Michaelis. Comme il a un extérieur extrêmement agréable, et en même temps un esprit cultivé, jʼai pensé quʼil pourroit bien réussir dans le monde, et peut-être se fixer dans la suite à Paris. Je vous demande la permission de vous lʼadresser.
Nʼoubliez pas de me donner des nouvelles de votre maison, je mʼy intéresse fort.
Mille et mille amitiés.
Bonn 17 Août 1821
Jamais de ma vie, cher et respectable oncle, rien ne mʼa autant diverti que votre désespoir, dont jʼai reçu hier la délicieuse description. Vous étes donc réduit à vous baigner avec les lepreux et à causer avec les provinciaux: je ne sais pas lequel des deux est pire. Vous convenez enfin quʼil y a quelque chose en Allemagne qui soit mieux arrangé quʼen France – jʼen prends acte. Si vous aviez un medecin Allemand et qui fût homme dʼesprit, il vous enverroit dans nos contrées, et par cette occasion jʼaurois le plaisir de vous voir chez moi. Il est impossible que parmi la foule de nos eaux minérales il nʼy en ait pas qui vous conviendroient. On mʼa dit que les eaux de Schwalbach ressemblent à celles de Plombieres, seulement quʼelles valent mieux dans le genre. Vous avez raison de me reprocher mon silence – mais depuis mon arrivée ici, je me suis plongé dans le travail jusquʼau cou. Dʼailleurs, comme vous étes si vagabond pendant cet été, je ne savois pas où vous atteindre – je parie encore que cette lettre ne vous trouvera plus à Plombières quoique je ne lʼaye pas différée dʼun seul jour. Jʼai fait une longue lettre à votre sœur, je désirerois avoir de ses nouvelles, mais Alfonse nʼest pas encore en mesure pour faire les fonctions de secrétaire.
Il nʼy a pas de nouvelles en Allemagne – plusieurs voyageurs sont venus me voir en passant ici, mais ils ne mʼont rien appris. Cette nation, ce me semble, baille aux corneilles – tout lʼintérêt qui reste, se porte sur les Grecs, mais cʼest comme Goethe fait parler ses bourgeois:

Nichts bessers weiß ich mir an Sonn- und Feyertagen
Als ein Gespräch von Krieg und Kriegsgeschrey,
Wenn hinten, weit, in der Türkey
Die Völker aufeinander schlagen.

La Diète ayant déclaré ses vacances – cʼest ainsi quʼelle appelle la suspension de son occupation habituelle de ne rien faire – je verrai peut-être bientôt Mr. Reinhard qui a une terre à six lieues dʼici. Il est toujours très-bien informé des affaires de lʼEurope.
Pour moi je ne vis que pour lʼétude – je me porte à merveille, et je suis arrangé le plus comfortablement possible. Jʼai donné un Cours dʼIntroduction à lʼhistoire universelle que vous auriez, je pense, écouté avec quelque plaisir. Nos etudians mʼaiment beaucoup – de 650 que nous avons, à peu près la moitié assistoit à mes premieres leçons. Je me flatte que je réussis à reveiller la pensée et à leur ouvrir la vaste perspective du savoir. Voilà les vacances et je vais redevenir Brahmin. – Fauriel soigne la fonte de mes caractères dʼune maniere fort aimable – cependant cela auroit avancé plus vite si jʼavois pu rester à Paris. Je suis bien impatient de les avoir. Jʼai eu une lettre de Colebrooke qui approuve fort mon essai typographique – mais les Anglois, entre nous, werden das Kraut nicht fett machen.
Maintenant cette étude Indienne nous est devolue, à nous autres Allemands.
Quand vous serez de retour à Paris, je vous parlerai en détail de ma nièce Madame de Buttlar, qui désireroit faire un séjour à Paris pour se perfectionner dans la peinture – et je supplierai Madame de Ste. Aulaire de me donner ses bons conseils pour cette petite personne quʼon dit être fort aimable. Jʼai aussi un neveu à Paris, un jeune medecin petit-fils du celèbre Michaelis. Comme il a un extérieur extrêmement agréable, et en même temps un esprit cultivé, jʼai pensé quʼil pourroit bien réussir dans le monde, et peut-être se fixer dans la suite à Paris. Je vous demande la permission de vous lʼadresser.
Nʼoubliez pas de me donner des nouvelles de votre maison, je mʼy intéresse fort.
Mille et mille amitiés.
×
×