• August Wilhelm von Schlegel to H. A. Hamaker

  • Place of Dispatch: Bonn · Place of Destination: Leiden · Date: 10.04.1827
Edition Status: Newly transcribed and labelled; double collated
    Metadata Concerning Header
  • Sender: August Wilhelm von Schlegel
  • Recipient: H. A. Hamaker
  • Place of Dispatch: Bonn
  • Place of Destination: Leiden
  • Date: 10.04.1827
    Manuscript
  • Provider: Bijzondere collecties van de Leidse Universiteitsbibliotheek
  • Classification Number: BPL 2013
  • Number of Pages: 2 S., hs.
  • Incipit: „[1] Monsieur,
    Je viens de recevoir la lettre que Vous m’avez fait l’honneur de m’adresser, et je m’empresse d’y répondre [...]“
  • Editors: Förtig, Christina · Varwig, Olivia
[1] Monsieur,
Je viens de recevoir la lettre que Vous m’avez fait l’honneur de m’adresser, et je m’empresse d’y répondre quoiqu’à la hâte, étant sur le point de partir pour
Berlin. Je suis charmé d’apprendre que Vous avez demandé et obtenu pour Votre Université une fonte des Caractères Déva-nagari gravés sous ma direction. Soyez tranquille Monsieur: le prof. Lichtenstein ayant déjà présidé conjointement avec Mr. Bopp à deux fontes, doit avoir acquis l’expérience nécessaire pour observer les proportions justes. D’ailleurs je me charge de Votre commission, après de lui; dans ce but j’emporterai avec moi ma police à Berlin. Elle est faite sur une grande échelle, la fonte parisienne, y compris les accessoires, espaces, cadratins &c, se montoit à neuf quintaux. Je pensois à l’avenir et à de vastes entreprises. Mr. Bopp a pu procéder avec plus d’économie puis qu’il est à mème de recruter son imprimerie si quelque chose lui manque. J’ai fixé un minimum de 25, j’ai fait fondre les lettres les plus fréquentes à 2,000 exemplaires, le reste dans différentes proportions entre deux. Je ne me suis pas trompé dans mes calculs: j’ai pu composer trois feuilles grand octavo à 20 lignes la page de suite, sans être arrêté. Je pense donc que 250-300 des grands caractères, Gros Romain, Vous suffiront. Si Vous entendez par une feuille in quarto un format tel que Mr. Haughton l’a pris pour son Manou, cela n’équivaut qu’à 8 pages de mon impression. [2] mais un royal quarto qui permettroit de placer dans une seule ligne tout un distique, reviendroit à 24 de mes pages. Il y a encore ceci à remarquer. Quelques ligatures, et même quelques lettres simples sont d’un usage fort rare ou presque nul dans les textes; mais en imprimant une grammaire ou un dictionnaire, les paradigmes et l’ordre alphabétique pourroient exiger un certain nombre d’exemplaires de ces mêmes ligatures. La reduction ne devra donc pas s’opérer dans des proportions égales. Enfin dans une imprimerie Sanscrite il faut avoir du superflu pour avoir le nécessaire. Veuillez me faire connoître Vos intentïons là dessus, à moi ou à Mr. Lichtenstein.
Mon système est assez compliqué, puisque les mêmes lettres sont fondues de trois manières différentes: entières, à double échancrure et coupées; mais cela m’a débarassé d’un grand nombre de ligatures, qu’autrement il eût fallu graver sur un seul poinçon, et la
composi- s’opère ensuite avec une grande facilité.
Je serois heureux d’apprendre qu’un Savant de Vos talents et de Votre célébrité s’est adonné à l’étude du Sanscrit. Mais si d’autres occupations Vous en empêchent, si l’on n’enseigne pas encore le Sanscrit à
Leyde je puis Vous assurer que les jeunes orientalistes curieux de connoître cette langue, trouveront ici toutes les facilités Outre les Cours que je donne constamment, ils peuvent avoir les leçons de mon élève et collaborateur, Mr. le Dr. Lassen dont vous connoissez peut-être le traité sur le Pali.
Le texte du premier Livre de
mon Râmâyańa est imprimé, je pense qu’il pourra paroître avec la traduction latine avant la fin de l’an.
[3] Veuillez agréer, Monsieur, l’assurance de la considération très-distinguée, avec laquelle j’ai l’honneur d’être
Votre très-humble et très-obéissant serviteur
[...]
A. W. de Schlegel
Bonn ce 10 Avril
1827
Mon adresse à
Berlin est chez MM. Mendelsohn Fränckel & Co.
[4] Pays Bas
A Monsieur
Monsieur Hamaker
professeur
à
Leyde
[1] Monsieur,
Je viens de recevoir la lettre que Vous m’avez fait l’honneur de m’adresser, et je m’empresse d’y répondre quoiqu’à la hâte, étant sur le point de partir pour
Berlin. Je suis charmé d’apprendre que Vous avez demandé et obtenu pour Votre Université une fonte des Caractères Déva-nagari gravés sous ma direction. Soyez tranquille Monsieur: le prof. Lichtenstein ayant déjà présidé conjointement avec Mr. Bopp à deux fontes, doit avoir acquis l’expérience nécessaire pour observer les proportions justes. D’ailleurs je me charge de Votre commission, après de lui; dans ce but j’emporterai avec moi ma police à Berlin. Elle est faite sur une grande échelle, la fonte parisienne, y compris les accessoires, espaces, cadratins &c, se montoit à neuf quintaux. Je pensois à l’avenir et à de vastes entreprises. Mr. Bopp a pu procéder avec plus d’économie puis qu’il est à mème de recruter son imprimerie si quelque chose lui manque. J’ai fixé un minimum de 25, j’ai fait fondre les lettres les plus fréquentes à 2,000 exemplaires, le reste dans différentes proportions entre deux. Je ne me suis pas trompé dans mes calculs: j’ai pu composer trois feuilles grand octavo à 20 lignes la page de suite, sans être arrêté. Je pense donc que 250-300 des grands caractères, Gros Romain, Vous suffiront. Si Vous entendez par une feuille in quarto un format tel que Mr. Haughton l’a pris pour son Manou, cela n’équivaut qu’à 8 pages de mon impression. [2] mais un royal quarto qui permettroit de placer dans une seule ligne tout un distique, reviendroit à 24 de mes pages. Il y a encore ceci à remarquer. Quelques ligatures, et même quelques lettres simples sont d’un usage fort rare ou presque nul dans les textes; mais en imprimant une grammaire ou un dictionnaire, les paradigmes et l’ordre alphabétique pourroient exiger un certain nombre d’exemplaires de ces mêmes ligatures. La reduction ne devra donc pas s’opérer dans des proportions égales. Enfin dans une imprimerie Sanscrite il faut avoir du superflu pour avoir le nécessaire. Veuillez me faire connoître Vos intentïons là dessus, à moi ou à Mr. Lichtenstein.
Mon système est assez compliqué, puisque les mêmes lettres sont fondues de trois manières différentes: entières, à double échancrure et coupées; mais cela m’a débarassé d’un grand nombre de ligatures, qu’autrement il eût fallu graver sur un seul poinçon, et la
composi- s’opère ensuite avec une grande facilité.
Je serois heureux d’apprendre qu’un Savant de Vos talents et de Votre célébrité s’est adonné à l’étude du Sanscrit. Mais si d’autres occupations Vous en empêchent, si l’on n’enseigne pas encore le Sanscrit à
Leyde je puis Vous assurer que les jeunes orientalistes curieux de connoître cette langue, trouveront ici toutes les facilités Outre les Cours que je donne constamment, ils peuvent avoir les leçons de mon élève et collaborateur, Mr. le Dr. Lassen dont vous connoissez peut-être le traité sur le Pali.
Le texte du premier Livre de
mon Râmâyańa est imprimé, je pense qu’il pourra paroître avec la traduction latine avant la fin de l’an.
[3] Veuillez agréer, Monsieur, l’assurance de la considération très-distinguée, avec laquelle j’ai l’honneur d’être
Votre très-humble et très-obéissant serviteur
[...]
A. W. de Schlegel
Bonn ce 10 Avril
1827
Mon adresse à
Berlin est chez MM. Mendelsohn Fränckel & Co.
[4] Pays Bas
A Monsieur
Monsieur Hamaker
professeur
à
Leyde
×