• August Wilhelm von Schlegel to Auguste Louis de Staël-Holstein

  • Place of Dispatch: Bonn · Place of Destination: Unknown · Date: 06.10.1821
Edition Status: Single collated printed full text with registry labelling
    Metadata Concerning Header
  • Sender: August Wilhelm von Schlegel
  • Recipient: Auguste Louis de Staël-Holstein
  • Place of Dispatch: Bonn
  • Place of Destination: Unknown
  • Date: 06.10.1821
    Printed Text
  • Provider: Sächsische Landesbibliothek - Staats- und Universitätsbibliothek Dresden
  • OAI Id: 335973167
  • Bibliography: Krisenjahre der Frühromantik. Briefe aus dem Schlegelkreis. Hg. v. Josef Körner. Bd. 2. Der Texte zweite Hälfte. 1809‒1844. Bern u.a. ²1969, S. 381‒382.
  • Incipit: „Bonn 6 Oct. 1821
    Mon cher Auguste
    Jʼai répondu sans délai et longuement à votre dernière lettre, je nʼai rien eu depuis. Vous [...]“
Bonn 6 Oct. 1821
Mon cher Auguste
Jʼai répondu sans délai et longuement à votre dernière lettre, je nʼai rien eu depuis. Vous mʼavez donné de bonnes nouvelles de votre sœur, mais a distance, je désire ardemment apprendre son heureuse arrivée à Paris. Si elle est bien portante, comme je lʼespère, pressez-là de mʼécrire quelques lignes; je lui promets en revanche une longue lettre sur le Prince de Hohenlohe, à lʼégard duquel effectivement vos journaux libéraux ont le diable au corps. Quʼest-ce que cela leur fait que les gens guérissent dans le pays de Bamberg et de Würzbourg?
À propos, dites-moi donc ce qui en est des memoires de lʼabbé Morellet – les extraits des journaux mʼen donnent une pauvre idée. Comment arrive-t-il que les philosophes du 18e siècle jettent aujourdʼhui un si triste coton. Il en étoit de même de Garat. Cʼest comme le cor du Postillon du Baron de Münchhouse, dont les airs, étant gelés dʼabord et dégelés ensuite se firent entendre avec des sons faussés et hors de saison.
Jʼai eu la visite de M. le Comte Reinhard et par lui jʼai appris quelque chose de lʼEurope que jʼignore à peu près dans mon coin. – Que deviendra la Grèce? Il paroit quʼil y a beaucoup de vacillation à la Cour de Russie. La politique du gouvernement anglois est infame dans cette circonstance, comme dans beaucoup dʼautres. Un jeune poète allemand, à moi inconnu, mʼenvoye un paquet de vers, et me mande quʼil passera ici pour aller faire la Croisade. Ah nous autres Allemands nous avons lʼEnthousiasmus, comme disoit Oe[h]lenschläger, mais je crains bien que nous nʼayons pas le savoir faire. Fourrez-moi lʼame dʼun Allemand distingué dans lʼesprit et le corps dʼun François, et vous ferez un homme parfait. Dernièrement je vois sous ma fénêtre un concours de gens de peuple. Quʼétoit-ce? Le tableau des cruautés commises par les mécréans contre nos frères, les Chrétiens grecs, peint sur toile en compartimens, et expliqué dʼune voix lamentable. La voix de lʼEurope est puissante aujourdʼhui, elle se fait entendre tout près des trônes et au coin des rues.
Jʼespère que Mr. Fauriel aura déjà pu vous donner la nouvelle de lʼachèvement de la fonte – jʼattends mes caractères avec la plus grande impatience. Je travaille, je travaille, et cela nʼavance pas à mon gré. Oui, jʼai déjà bu une partie de la mer, mais il reste encore un bon coup à boire.
Mettez-moi au pied de votre sœur, et dites aux princesses que prochainement je ferai danser les écus pour elles. Mille choses à tous les vôtres. Jʼembrasse mon camarade Alphonse.
Mille et mille amitiés.

Veuillez faire parvenir lʼincluse à son adresse à la Bibliothèque Royale.
Bonn 6 Oct. 1821
Mon cher Auguste
Jʼai répondu sans délai et longuement à votre dernière lettre, je nʼai rien eu depuis. Vous mʼavez donné de bonnes nouvelles de votre sœur, mais a distance, je désire ardemment apprendre son heureuse arrivée à Paris. Si elle est bien portante, comme je lʼespère, pressez-là de mʼécrire quelques lignes; je lui promets en revanche une longue lettre sur le Prince de Hohenlohe, à lʼégard duquel effectivement vos journaux libéraux ont le diable au corps. Quʼest-ce que cela leur fait que les gens guérissent dans le pays de Bamberg et de Würzbourg?
À propos, dites-moi donc ce qui en est des memoires de lʼabbé Morellet – les extraits des journaux mʼen donnent une pauvre idée. Comment arrive-t-il que les philosophes du 18e siècle jettent aujourdʼhui un si triste coton. Il en étoit de même de Garat. Cʼest comme le cor du Postillon du Baron de Münchhouse, dont les airs, étant gelés dʼabord et dégelés ensuite se firent entendre avec des sons faussés et hors de saison.
Jʼai eu la visite de M. le Comte Reinhard et par lui jʼai appris quelque chose de lʼEurope que jʼignore à peu près dans mon coin. – Que deviendra la Grèce? Il paroit quʼil y a beaucoup de vacillation à la Cour de Russie. La politique du gouvernement anglois est infame dans cette circonstance, comme dans beaucoup dʼautres. Un jeune poète allemand, à moi inconnu, mʼenvoye un paquet de vers, et me mande quʼil passera ici pour aller faire la Croisade. Ah nous autres Allemands nous avons lʼEnthousiasmus, comme disoit Oe[h]lenschläger, mais je crains bien que nous nʼayons pas le savoir faire. Fourrez-moi lʼame dʼun Allemand distingué dans lʼesprit et le corps dʼun François, et vous ferez un homme parfait. Dernièrement je vois sous ma fénêtre un concours de gens de peuple. Quʼétoit-ce? Le tableau des cruautés commises par les mécréans contre nos frères, les Chrétiens grecs, peint sur toile en compartimens, et expliqué dʼune voix lamentable. La voix de lʼEurope est puissante aujourdʼhui, elle se fait entendre tout près des trônes et au coin des rues.
Jʼespère que Mr. Fauriel aura déjà pu vous donner la nouvelle de lʼachèvement de la fonte – jʼattends mes caractères avec la plus grande impatience. Je travaille, je travaille, et cela nʼavance pas à mon gré. Oui, jʼai déjà bu une partie de la mer, mais il reste encore un bon coup à boire.
Mettez-moi au pied de votre sœur, et dites aux princesses que prochainement je ferai danser les écus pour elles. Mille choses à tous les vôtres. Jʼembrasse mon camarade Alphonse.
Mille et mille amitiés.

Veuillez faire parvenir lʼincluse à son adresse à la Bibliothèque Royale.
×
×